Basilique Saint-Martin
http://basiliquesaintmartin.fr/37-La-chapelle-blanche-saint-Martin

37 La chapelle blanche saint Martin


D’où vient ce nom curieux de « Chapelle-Blanche-Saint-Martin » ? Deux hypothèses sont avancées.
Dossier

Ce toponyme pourrait provenir de l’analogie avec l’église en pierre blanche de tuffeau. Il pourrait aussi découler de la légende selon laquelle un prunier y aurait fleuri en plein hiver, lors du passage des reliques de saint Martin au retour de Bourgogne. Quant à l’adjonction de « Saint-Martin », elle a été effectuée en 1918, pour différencier l’actuel village de « La Chapelle-sur-Loire », qui s’est également appelé « La Chapelle-Blanche » jusqu’au XIXe siècle.
Mais cette allusion martinienne est justifiée. En effet, le saint serait passé à deux reprises dans cette commune. On raconte qu’au niveau de la ferme dite de Varenne, il aurait été attaqué et blessé par des muletiers dont l’attelage aurait été effrayé à la vue du saint et de ses vêtements. Aussitôt, un orage se déclencha. Les muletiers se jetèrent alors aux pieds de Martin, qui les pardonna et les bénit.
Puis saint Martin aurait été laver ses plaies à la source la plus proche, devenue la Fontaine Saint-Martin, près de Montfouet (qui vient de « male factum », où le mal a été fait). Cette fontaine fut longtemps considérée comme miraculeuse, et on dressa près du bassin une croix de bois.
Quant à l’église Saint-Martin, placée sous le patronage de saint Pierre jusqu’au XIIe siècle, elle est l’une des plus riches en représentations de saint Martin. Trois vitraux du XIXe siècle rappellent chacun un épisode de la vie du saint, qui seraient survenus à La-Chapelle-Blanche-Saint-Martin ou dans les alentours. Ces verrières sont les œuvres des derniers maîtres de la dynastie Lobin : Julien Prosper Florence et Etienne Lobin.

Dans l'Eglise

Diocèse de Tours

RCF Tours

Eglise de France

Saint Martin partageant son manteau

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr